Infiniment Soi

+32 489 56 03 96​

Infiniment Soi

 

 

 

Accompagnement au déploiement de l’être

 

La Table de Pierre

J’ai à coeur de vous partager cet article écrit il y a déjà plus d’un an. Car cet événement de vie a été et est encore une des transformations les plus puissantes qu’il m’ait été donnée de vivre. Cette noirceur profonde que j’ai visité a permis le véritable jaillissement de ma lumière, et m’offre aujourd’hui les ressources nécessaires à l’accomplissement dans la matière de l’accompagnement que je partage.

 

31 juillet 2019

Il y a un an je vivais les moments les plus difficiles de ma vie au niveau émotionnel, les circonstances extérieures de ma vie ne permettaient à personne de voir à quel point je souffrais au-dedans.

 

 

J'avais absolument tout pour être en paix et heureuse, mais à cette époque depuis plusieurs mois j'étais en lien avec une personne qui a insidieusement révélé un profond chaos en moi. J'ai perdu toute forme de clarté, toute forme de raison, j'ai accepté des choses qui ne correspondaient pas à qui je suis, un voile d'illusion avait recouvert totalement ma vie.

 

 

Le paradoxe c'est que j'ai vécu à cette période les moments les plus intenses de mon existence, des connexions, des ouvertures de conscience, des phénomènes paranormaux, et surtout je pensais ressentir l'Amour, encore aujourd'hui je ne sais pas ce qu' est ce sentiment qui m'habite encore souvent, car l'amour n'entraîne pas la souffrance et l'errance, l'amour n'entraîne pas la destruction et l'humiliation.

Durant toute cette expérience durant laquelle j'ai vécu des moments de grandes montées énergétiques, de réveil de mon énergie féminine, j'ai publié énormément de photos que cette personne faisait de moi, on m'y voyait belle et lumineuse, et je ne comprenais pas comment cette beauté et lumière pouvaient coexister avec une douleur dans ma chaire si intense, je pleurais chaque jour et chaque nuit, j'étais complètement dépendante d'une énergie que je pensais être saine et bonne pour moi (Hors soyons honnête je savais intellectuellement très bien que sain et dépendance, sont deux mots qui ne vont pas ensemble).

 

Pourquoi je vous raconte tout ça, ici et aujourd'hui?

 

Je souhaite témoigner des ravages que peuvent faire les gens qui consciemment ou inconsciemment se servent de personne pour nourrir leur propre névrose. Oh je sais dans le monde du développement personnel le cercle infernal du bourreau, victime, sauveur est souvent utilisé pour culpabiliser (ah non pardon expliquer à) la personne qui ose se plaindre de quelque chose qu'elle a vécue. Je prends la pleine responsabilité de ma souffrance, néanmoins dans le monde la matière, j'ai été utilisée par un autre humain et j'en ai été blessée à une profondeur jamais égalée dans mon existence.

 

 

Certes je remercie car j'ai grandi, et j'avais surement besoin à un certain niveau de vivre cette expérience pour me révéler à moi-même.

 

 

Mais sachez que même si on est intelligent, ancré, bien dans ses baskets, il est tout à fait possible de tomber dans les filets de personnes elles- même souffrantes, mais qui au lieu de se guérir se servent de la lumière d'autrui pour panser leurs plaies. ''On n'attrape pas des mouches avec du vinaigre '', j'aime beaucoup cette expression, car ce n'est pas l'ombre que j'ai rencontré, c'est une lumière déguisée et inerte, qui s'est nourrie de ma vie, et m'a laissé seule et désoeuvrée. Cela  m'a permis de révéler ma véritable force, mais j'aurais pu tout aussi bien sombrer. Aujourd'hui je ne suis pas guérie, les souvenirs me hantent encore souvent. Pourtant j'ai repris ma vie en main, je continue à réparer ce que j'ai abîmé, délaissé et heurté.

 

Une dernière chose : sachez que dans le Bois le chasseur n'est pas toujours celui que l'on croit, il transforme parfois son fusil en fleurs, sa violence en silence, pour mieux se saisir de sa proie. Et la pauvre ne comprend pas que celui qu'elle pense la protéger, n'est là que pour la dévorer.... Alors elle doit se rappeler que femme qui court avec loups, doit prendre ses jambes à son cou, pour partir le plus loin possible de celui qui à petit feu l'observe se mourir…